Retours d'expérience RH  Publié le 03/03/2020

TPE-PME : 4 idées pour valoriser vos métiers auprès des jeunes

Alors que le rythme des embauches augmente, la pénurie de talents atteint un niveau record depuis 12 ans. En France plus spécifiquement, où 82% des TPE-PME n’ont pas pu aller au bout de leurs projets d’embauche (1). Pourtant, elles jouissent d’un regain d’attractivité ! 22% des jeunes se voient travailler dans une PME dans les 5 ans à venir (contre 20% dans un grand groupe) (2). Une dynamique positive, mais un enjeu demeure : se faire connaître et valoriser leurs métiers souvent moins mis en lumière dans les médias, réseaux sociaux ou encore sites d’emploi.

Comment créer une stratégie de communication employeur efficace auprès des Millennials ? 4 idées pour leur expliquer et mettre en valeur vos métiers.

L’incontournable marque employeur : se démarquer


Les TPE-PME sont encore assez peu enclines à développer leur marque employeur : seules 25 % ont une rubrique employeur sur leur site web. Or, pour sortir du lot, il faut absolument identifier ce qui compose l’identité employeur : ADN, valeurs et culture d’entreprise. Comment faire ?

  • En réalisant un diagnostic externe de marque : analyser votre e-réputation, les ressentis vis-à-vis de la marque, la perception des valeurs auprès des clients…
  • À coupler absolument avec une enquête interne d’écoute salariale pour comprendre le vécu collaborateur.

Une fois ces enquêtes menées et consolidées, il sera plus simple de formuler et valoriser votre proposition de valeur RH : “l’Employee Value Proposition”, à savoir ce que vous avez à offrir en tant qu’employeur en capitalisant sur vos points forts. Par exemple : les avantages, les évolutions possibles, la formation, les parcours métiers, une organisation agile, une activité orientée RSE (responsabilité sociale des entreprises), du télétravail, etc.

Une présence sur les réseaux sociaux : mieux cibler


Seulement 20 % des PME sont présentes sur les réseaux sociaux dans le cadre de leur recrutement (3). Or, 79 % des demandeurs d’emploi sont susceptibles d’utiliser les réseaux sociaux pour leur recherche d’emploi ! Particulièrement les “jeunes cadres” de moins de 30 ans : 86 % les ont consultés sur les 12 mois précédents, notamment LinkedIn : 33 % des cadres en recherche active se connectent quotidiennement. Plus étonnant : 46 % (4) de ces cadres ont même utilisé des réseaux plus “personnels” tels que Facebook.

Les réseaux sociaux demeurent donc un relais de communication privilégié pour parler de votre entreprise, des métiers et des initiatives lancées. Quelques clés :

  • créer des pages entreprises sur les réseaux pertinents (Facebook, Linkedin, Instagram, Twitter, etc.) : elles doivent être en phase avec les attentes des jeunes générations grâce à un vocabulaire, une tonalité et une ligne éditoriale adaptés ;
  • lancer des campagnes métiers incarnées par des témoignages collaborateurs. Cela permet de lever les représentations parfois négatives sur certains métiers ou secteurs. Par exemple, Natixis a lancé une série de témoignages où des salariés Millennials racontent leur quotidien et leur vie professionnelle ;
  • proposer des rencontres virtuelles entre candidats et opérationnels via les « chats » (discussions instantanées) proposés sur certains réseaux. En effet, 83% des internautes feraient davantage confiance à leurs pairs qu’à la communication réalisée par l’entreprise ;
  • partager des contenus utiles : de la veille régionale, métier, sectorielle ainsi que des infos sur l’entreprise. N’hésitez pas à varier les types de contenus : vidéos, “stories”, photos, etc.


Les événements emplois : créer du lien


À l’heure du tout digital, on a tendance à mettre de côté l’importance de la rencontre et des échanges. Les salons, les événements emploi ou les “job dating” sont l’opportunité de créer du lien et “d’humaniser” votre société, car les jeunes candidats sont en quête de plus de transparence quant à la réalité de l’entreprise.

Mais le ROI des salons “classiques” est parfois décevant à cause d’un taux de conversion relativement faible. Pour plus d’efficacité de nouveaux formats de rencontres hybrides émergent : il s’agit de profiter de la puissance de la communication digitale ciblée (ciblage sur les réseaux sociaux, jobboards, sites locaux, etc.) pour attirer les bons profils lors d’événements présentiels. Le Village des recruteurs, par exemple, est un événement majeur en région qui offre la possibilité aux entreprises de poster leurs offres d’emploi et de se présenter sur une plate-forme en ligne. Tout ceci est relayé sur les réseaux sociaux afin que les candidats postulent en amont. Résultat : les recruteurs peuvent plus facilement “repérer” les candidats clés le jour J.

Certaines entreprises ou groupement de TPE-PME préfèrent organiser leur propre événement emploi. Encore une fois, les formats atypiques se multiplient ! Des meet-up au cinéma, des rencontres sportives, des “walk & talk” (entretien en marchant), un café-rencontre, des “escape games”, une visite d’exposition, etc. L’idée est d’attirer une génération sensible aux expériences de recrutement plus informelles. Ayming (cabinet de conseil), dans l’optique de capter des profils commerciaux et des consultants, organise des “job dating” en France au sein d’espaces surprenants tels qu’un stade à Lyon ! Cette approche disruptive est ponctuée d’ateliers ludiques et pédagogiques pour permettre aux intéressés de mieux appréhender la culture et la réalité des métiers du groupe.

Les partenariats avec les écoles et les universités locales : rayonner


Vos principaux relais sont, bien sûr, les universités et les écoles locales. Afin de mobiliser le plus de candidats potentiels intéressés par votre secteur et vos métiers, privilégiez les interventions thématiques sur-mesure. Ces conférences sont pertinentes également à condition de les concevoir autour d’études de cas et de faire participer les étudiants.

Certaines écoles proposent des rencontres en petits groupes entre les collaborateurs d’entreprises partenaires, représentées par des anciens élèves, et les étudiants. Dans l’idéal, l’entreprise héberge l’événement afin de partager le quotidien des salariés. Autre option plus innovante : co-organiser ou parrainer un “hackathon”. C’est un événement lors duquel des équipes d’étudiants doivent répondre à une problématique et développer une solution sur une période limitée (72 heures maximum). Pour les entreprises organisatrices, c’est l’occasion de faire réfléchir des candidats potentiels sur des problématiques opérationnelles, de présenter ses savoir-faire et de faire découvrir des opportunités (apprentissage, mobilité, métiers inconnus, etc.).


Auteur : Laure Girardot


Sources :
(1) Institut d’étude économique Rexecode, 2019
(2) Enquête JAM, “Qu’est-ce que l’entreprise à encore à offrir aux jeunes ?”, 2019
(3) Enquête BPI France, “Marque employeur : guide pratique”, 2018
(4) Données révélées par l’Apec en 2019
(5) Nombre de candidats recrutés / au nombre de CV reçus ou d’entretien réalisés




Vous adorez cet article ?

Pour être sûr de ne rien rater, recevez par e-mail chaque mois gratuitement tous les articles incontournables des dernières semaines en vous inscrivant à la newsletter.



Les autres actualités de cette thématique
Retours d'expérience RH  Gérer le départ d’un collaborateur

Dans votre rôle de manager, vous pouvez être contraint de licencier ou de gérer une démission. Ces situations sont perturbantes pour l’équipe. Comment les […]

Retours d'expérience RH  Communication interne : incontournable dans toutes les entreprises

Parfois relayée au second plan, la communication s’avère pourtant un vecteur de lien essentiel au sein de l’entreprise. Une récente étude sur la performance de la […]


Voir plus d'actualités