Retours d'expérience RH  Publié le 06/11/2019

RSE : comment lancer une démarche cohérente en PME ?

Les débats autour de la loi PACTE ont interrogé la place de l’entreprise dans la société et sa responsabilité sociétale (RSE). Les PME et ETI ne semblent pas avoir attendu ces initiatives politiques pour se lancer : 90 % des dirigeants déclarent déjà mener des actions RSE, 50 % disent avoir une démarche RSE et 25 % une démarche structurée (1). En effet, plus de 80 % d’entre eux se sentent responsables du bien-être des salariés, de la vie sociale locale ou de la protection de l’environnement. À noter que les PME et ETI sont principalement présentes sur le volet social de la RSE grâce à une gouvernance plus ouverte et de meilleures conditions de travail.

Rappelons que, lorsque l’on parle de RSE, trois volets sont à prendre en compte : écologique, social et sociétal. À chaque entreprise de se positionner en fonction de ses enjeux.

Comment lancer une démarche cohérente ? Quels sont les avantages RH et sociaux à investir dans ces initiatives ?

Les 4 bénéfices à retirer d’une stratégie RSE réussie


1/ Bâtir une e-réputation positive : 77 % (2) des consommateurs déclarent « qu’il est important pour les firmes d’être socialement responsables ». La transparence imposée par les informations diffusées sur les réseaux sociaux exige une grande cohérence entre les actions internes et l’image externe. C’est la clé d’une marque employeur attractive quand 95 % (3) des candidats se renseignent sur Internet à propos de leur futur employeur.

2/ Renforcer son attractivité : 56 % des jeunes de la génération Y seraient prêts à refuser un emploi si l’entreprise va à l’encontre de leurs valeurs. 58 % affirment d’ailleurs que c’est un critère essentiel dans leur choix pour un poste, parfois même plus que la rémunération proposée.

3/ Booster la motivation et la fidélisation : 70 % des salariés (4) seraient plus « loyaux » et plus « fidèles » si l’entreprise engageait des actions responsables.

4/ Renforcer la cohésion et l’esprit collectif : les actions en faveur de la société, du bien commun, ou d’une cause « hors de l’entreprise » renforcent les liens internes en activant les énergies autour d’un objectif.

Les grandes étapes pour lancer une démarche pertinente


Prérequis : il n’existe pas de kit de déploiement RSE clé en main car chaque démarche doit refléter l’ADN de chaque entreprise. Pour fonctionner, toute initiative RSE doit être volontaire, et d’abord impulsée par les dirigeants, vecteurs du changement avec les salariés et les parties prenantes (partenaires, clients, etc.), eux-mêmes relais opérationnels de la stratégie.

1/ Cibler ses objectifs RSE : comment la RSE peut-elle s’inscrire dans votre modèle économique ou vie d’entreprise ? Est-ce plutôt le volet environnement ? Gouvernance ? Sociétal ? Naturellement, il faut partir des activités de l’entreprise, de ses enjeux RH et business, puis les hiérarchiser afin d’établir un cadre à votre RSE. C’est la garantie de rester cohérent, de donner du sens, et de plus facilement mobiliser les équipes. À noter que c’est en phase avec ce que l’on observe (5) : alors que le secteur des services s’investit dans l’axe social, le transport et le tourisme sont plus engagés dans le volet environnemental.

2/ Coconstruire une démarche avec tous les acteurs de l’entreprise : dès le début, entrez dans une démarche de consultation, c’est un gage d’appropriation de la démarche sur la durée. Qui est concerné ? Clients, partenaires, financeurs, actionnaires, salariés. Ainsi, vous disposerez d’une vision exhaustive de votre écosystème et des points sur lesquels il faut agir. Comment procéder ? Ateliers de codéveloppement, questionnaires, interviews terrain, etc.

Pour agréger et analyser les résultats des étapes 1 et 2, un outil est souvent utilisé : l’analyse de matérialité. Cette grille d’analyse permet de coupler hiérarchie des enjeux de l’entreprise et attentes des parties prenantes. Elle facilite aussi la prise en compte des impacts RSE sur le business model avant le lancement de votre démarche.

3/ Créer une dynamique de coresponsabilité : le rôle des dirigeants est clé dans le lancement d’initiatives RSE, ils doivent incarner les objectifs lancés. Par ailleurs, pour une application opérationnelle, créer un comité RSE est une bonne pratique : une équipe transversale, en charge de piloter et de faciliter le lancement des actions auprès des salariés. L’enjeu est que chacun puisse comprendre, à son échelle, la stratégie RSE adoptée par l’entreprise.

4/ Former et communiquer en continu : pour engager le plus grand nombre, la pédagogie est cruciale. Selon le baromètre de l’entreprise responsable (6), 34 % des salariés ne savent pas citer les actions RSE phares de leur entreprise. Seuls 15 % des salariés se disent complètement impliqués dans la démarche RSE de leur entreprise. Or plus de 70 % voudraient l’être davantage. Un équilibre entre formation et communication est à bâtir : ateliers découverte, jeux autour de l’écologie, etc., à associer avec une campagne de sensibilisation. Sous quelles formes ? Des affiches portant sur les écogestes, les comportements responsables à adopter, des messages du dirigeant ou du comité RSE sur les résultats des premières actions RSE.

Pour aller plus loin dans la formalisation et le pilotage de la démarche, certaines entreprises n’hésitent pas à faire appel à des experts externes (comme Des Enjeux et des Hommes). Les démarches de labellisation sont aussi une manière de s’approprier le sujet de manière normée : le label Lucie est spécialisé dans les démarches RSE des PME, et offre l’accès à une large communauté de partage de bonnes pratiques.

Auteur : Laure Girardot

Sources :
(1) Enquête BPI sur les PME et la RSE, 2017
(2) Sondage réalisé par Landor Associates
(3) Enquête sur la communication de marque Employeur, StepStone
(4) Etude Cone Communication sur l’engagement des salariés, 2016
(5) Enquête de Bpifrance le Lab « Une aventure humaine : les PME-ETI et la RSE » 2017
(6) Ekodev, Des enjeux et des hommes, ViaVoice, édition 2018



Les autres actualités de cette thématique
Retours d'expérience RH  Réaménager ses bureaux : bénéfices et facteurs clés de succès

Flex office, open space, bureaux partagés, etc., de nombreuses entreprises ont récemment réaménagé leurs bureaux selon ces tendances. Les raisons invoquées ? […]

Retours d'expérience RH  Méthodes agiles : pourquoi un tel engouement ?

Initialement issues des projets informatiques, les méthodes agiles ont gagné du terrain dans différents domaines de l’entreprise : 96 % des acteurs projets (1) de […]


Voir plus d'actualités