Retours d'expérience RH  Publié le 07/05/2020

Retour au bureau post-confinement : comment s’y prendre ?

A l’heure où nous écrivons cet article, le déconfinement approche à grands pas. Pour guider les entreprises, le ministère du Travail a récemment publié le mode d’emploi pour accompagner cette transition délicate. Mais les équipes RH n’ont pas attendu pour s’y préparer ! Une étude menée par l’ANDRH sur le déconfinement indique que 85% d’entre elles ont déjà anticipé les commandes de matériel de protection et ont prévu de nombreux aménagements pour limiter le nombre de salariés présents sur un site (88%) ainsi qu’un renforcement du nettoyage (86%).
Au-delà des directives et des enjeux sanitaires, quelles actions sont nécessaires pour assurer un retour serein ?

Déconfinement : les grandes lignes du protocole


Le gouvernement a annoncé un déconfinement progressif à partir du 11 mai. Pour guider les entreprises, le ministère du Travail a publié un “protocole national de déconfinement pour les entreprises” afin de réintégrer progressivement les équipes au sein des espaces de travail et les rassurer. Les grandes lignes à suivre ?

Redéfinition de l’espace : 4 m² par personne
Un nouveau critère universel d’occupation maximale des espaces ouverts au public et en milieu de travail doit être instauré : il est fixé à 4 m² minimum par personne afin de respecter la distanciation physique minimale de 1 mètre autour d’une personne.

Circulation encadrée dans l’entreprise
Les employeurs devront donc veiller au respect de ce critère en évitant que les salariés ne se croisent. Comment ? En mettant en place des règles de circulation dans l’entreprise afin de gérer les flux pour que la distanciation sociale soit préservée. Il s’agit des flux d’arrivée et de départ, au sein de l’entreprise des salariés mais aussi des clients, fournisseurs et prestataires, etc.

Équipement pour la sécurité individuelle
“Les équipements de protection individuelle sont un complément des mesures de protection collectives et ne sauraient s’y substituer”. Les masques ne sont obligatoires qu’à défaut de pouvoir garantir le respect de la distanciation physique. Cependant, il est de la responsabilité de l’employeur de s’assurer de leur bonne utilisation.

Nettoyage des lieux
Si le lieu de travail n’a pas été fréquenté depuis 5 jours, le protocole habituel de nettoyage suffit, il n’y a pas de désinfection nécessaire. Ensuite, après la réouverture, la procédure de nettoyage devra être adaptée en fonction des activités de chaque entreprise.

Dépistage par prise de température non conseillé
La prise de température que pratiquent déjà un certain nombre d’entreprises n’est pas toujours efficace et peut être masquée par une prise de médicament. Une autosurveillance par chaque salarié est donc recommandée. En cas de personne symptomatique, l’entreprise devra lancer une procédure de prise en charge immédiate fondée sur l’isolement, le port du masque obligatoire, la protection et la recherche des signes de gravité. Il faudra donc mobiliser l’équipe de santé de l’entreprise, contacter le médecin du travail ou le médecin traitant, ou encore le SAMU en fonction du niveau de gravité.

À noter que ce protocole vient compléter les guides métiers disponibles sur le site du ministère du Travail.

Qu’en pensent les RH ?

Selon la même enquête, les RH semblent en phase avec les mesures du protocole : ils sont réticents lorsque les mesures sont intrusives à savoir la prise de température à l’entrée des locaux (seuls 51% y sont favorables). En revanche, les mesures d’hygiène sont bien accueillies : 99% des DRH sondés sont favorables à la mise à disposition de gel hydroalcoolique, 94% pour la distribution de masques « grand public » et 79% pour la mise en place d’un suivi spécifique en lien avec la médecine au travail.

Comment aller plus loin pour assurer un déconfinement serein ?


Au-delà des mesures d’hygiène, l’enjeu est d’assurer un retour à la confiance collective. C’est un facteur clé pour relancer l’activité économique dans un contexte incertain. Quelques bonnes pratiques pour le déconfinement :

Opter pour plus de flexibilité
La principale difficulté est de gérer les déplacements au sein de l’entreprise : pour cela, il s’agit surtout de gérer le temps en échelonnant les arrivées et départs ainsi que les pauses. L’idée est de proposer une organisation flexible du travail avec une alternance de présence sur le lieu de travail et en télétravail. La majorité des DRH interrogés (86%) ont opté pour un retour progressif dans les locaux avec le maintien des salariés éligibles en télétravail. Près des trois quarts des DRH sondés (74%) estiment que le télétravail va se développer dans leur entreprise bien après la crise ! L’objectif est d’éviter les goulots d’étranglement en favorisant une circulation fluide.

En termes de mise en oeuvre, appuyez-vous sur les managers pour mettre en place une organisation optimale pour les salariés. Demandez-leur de faire participer leurs équipes via des ateliers pour recueillir leurs ressentis et leurs propositions. N’hésitez pas à faire appel aux IRP car ils restent les interlocuteurs privilégiés dans la préparation de la reprise pour 85% des entreprises.

Rassurer les équipes grâce à une communication efficace
Selon la dernière étude de Harris Interactive-Worklife, plus d’un salarié sur trois se dit soulagé depuis l’annonce du déconfinement et 64 % ont confiance en leur employeur pour organiser la reprise de l’activité sur le lieu de travail. Pour continuer dans ce sens, la communication interne est primordiale : il faut bien sûr afficher et transmettre les bonnes pratiques sanitaires via des affiches, mails et newsletters, etc. Mais pas seulement ! En effet, il faut que la nouvelle organisation du travail (horaires alternés, qui fait du télétravail, la circulation au sein des locaux…) soit partagée le plus en amont possible auprès de tous. Puis, pour répondre aux interrogations de manière proactive, les managers doivent être disponibles, avec, en complément, une ligne téléphonique ou une messagerie RH dédiée.

Pour finir, un message de votre direction s’exprimant sur la stratégie de l’entreprise post-confinement serait très apprécié pour donner de la visibilité et rassurer. Et pour cause, selon la même enquête, 30 % des Français pensent qu’ils auront davantage de pression et 21 % craignent une envolée des licenciements.

Accompagner le changement grâce au relais managérial
Toutes les mesures de précaution sont donc nécessaires, mais le plus important est de communiquer régulièrement avec les équipes. Les managers de proximité sont votre principal relais pour “cascader” les informations. Pour cela, il est fondamental de les accompagner grâce à quelques initiatives :

  • communiquer régulièrement avec les managers pour leur expliquer les directives et les impliquer (points hebdomadaires) ;
  • créer une communauté managériale pour inciter au partage des bonnes pratiques ;
  • leur demander de faire remonter les questionnements et inquiétudes clés des collaborateurs (via une enquête par exemple).

En effet, les bouleversements causés par cette situation exceptionnelle ont eu impact sur la santé psychique des salariés : 44 % d’entre eux se disent en détresse psychologique ! Le rôle des managers demeure pivot pour détecter les “signaux faibles” et faciliter le déploiement d’un dispositif de prévention des risques psychosociaux. C’est une des conditions sine qua non pour rebooster les équipes après deux mois de travail en mode “dégradé”.

Faire preuve de reconnaissance et d’innovation pour renouer avec la motivation
Le déconfinement progressif est une période transitoire pour l’entreprise, l’opportunité de préparer, par étape, le retour au collectif en capitalisant sur les expériences vécues ces derniers mois. Identifiez auprès des salariés les innovations organisationnelles, relationnelles ou encore managériales qui ont lancées lors de cette période. En prenant en compte ces initiatives, vous reconnaissez l’engagement des collaborateurs et les motiver pour la suite ! C’est aussi le moment d’être créatif pour redéfinir le projet collec­tif de l’entreprise. Pour rassembler et redonner du sens commun, c’est un moteur essentiel.


Auteur : Laure Girardot



Vous adorez cet article ?

Pour être sûr de ne rien rater, recevez par e-mail chaque mois gratuitement tous les articles incontournables des dernières semaines en vous inscrivant à la newsletter.



Les autres actualités de cette thématique
Retours d'expérience RH  Gestion de crise : comment motiver et fédérer ses équipes ?

Entre télétravailleurs forcés et salariés sur le terrain, les RH sont en première ligne pour gérer les situations inédites induites par la crise du COVID-19. […]

Retours d'expérience RH  Baromètre RH 2020 et gestion de crise : des équipes engagées mais exténuées !

Pour la 3e année de suite, Les Editions Tissot ont publié le baromètre “Les RH au quotidien” (1) afin de décrypter les enjeux quotidiens des équipes RH, […]


Voir plus d'actualités