Actualités sociales  Publié le 04/11/2020

Renouvellement de la période d’essai d’un salarié en CDI : quelles sont les conditions ?

Vous avez embauché il y a quelques semaines un nouvel employé sous contrat à durée indéterminée. La fin de sa période d’essai approche mais vous avez encore quelques interrogations, et n’avez pas pu le tester sur certaines compétences. Pouvez-vous renouveler sa période d’essai ?

Lors de l’embauche d’un salarié en CDI, il est recommandé de prévoir une période d’essai, lorsque cela est possible, afin d’évaluer les compétences du salarié et être certain de ne pas faire d’erreur de recrutement.

Période d’essai : définition


Rappelons que la période d’essai est la période qui se situe au tout début de la relation contractuelle et qui vous permet, en tant qu’employeur, d’évaluer les compétences de votre salarié, notamment quant à son expérience. Pendant toute cette durée, vous comme votre salarié avez la possibilité de rompre librement le contrat de travail. Au terme de la période d’essai, le CDI devient définitif.

Ne se présumant pas, la période d’essai doit impérativement être prévue contractuellement. Mais pouvez-vous renouveler cette période avant que le contrat ne devienne définitif ?

Période d’essai : le renouvellement


Le renouvellement de la période d’essai d’un salarié en CDI obéit à de strictes conditions.

En effet, la période d’essai peut être renouvelée une fois si un accord de branche étendu le prévoit (Code du travail, art. L. 1221-21). C’est cet accord qui fixe les conditions et les durées de renouvellement.

Toutefois, la durée de la période d’essai, renouvellement compris, ne peut pas dépasser :

  • 4 mois pour les ouvriers et employés ;
  • 6 mois pour les agents de maîtrise et techniciens ;
  • 8 mois pour les cadres.

L’accord de branche peut prévoir une durée plus courte. Dans un tel cas, vous êtes tenu de respecter cette durée.

En l’absence d’une telle disposition, le renouvellement de la période d’essai est impossible.

La possibilité de renouveler la période d’essai doit, pour pouvoir être mise en place, être expressément stipulée dans la lettre d’engagement ou le contrat de travail. Là encore, si le contrat de travail de votre salarié ne prévoit pas cette possibilité, vous ne pouvez en aucun cas renouveler la période d’essai de l’intéressé.

De surcroît, le renouvellement de la période d’essai ne peut se faire qu’avec l’accord exprès du salarié.

Conseil

Demandez à votre salarié soit :

  • de vous rédiger un courrier (ou un mail) indiquant clairement qu’il accepte de renouveler sa période d’essai ;

  • d’apposer la mention « Lu et approuvé. Bon pour accord pour le renouvellement de ma période d’essai » sur le courrier de renouvellement accompagnée de sa signature.


En effet, selon la Cour de cassation, la seule signature du salarié sur la lettre remise en main propre prolongeant la période d’essai ne saurait valoir accord du salarié à son renouvellement (Cour de cassation, chambre sociale, 8 juillet 2015, n°14-11762).


Auteur : Carole Anzil



Vous adorez cet article ?

Pour être sûr de ne rien rater, recevez par e-mail chaque mois gratuitement tous les articles incontournables des dernières semaines en vous inscrivant à la newsletter.



Lumio peut vous assister dans cette démarche

Lumio vous guide en mode conversationnel pour réaliser des procédures RH adaptées à la situation de chaque salarié. Plus besoin de faire de la veille juridique, Lumio est à jour de la dernière réglementation.

Renouveler la période d’essai

Garantie à jour
  • Des procédures en droit du travail
  • 15 jours d'essai gratuit pour profiter pleinement de Lumio
  • La garantie d'être à jour de la réglementation


Les autres actualités de cette thématique
Actualités sociales  Congé de proche aidant : quand votre salarié peut-il en bénéficier ?

Vos salariés peuvent bénéficier d’un congé de proche aidant afin de s’occuper d’une personne handicapée ou en perte d’autonomie faisant partie de son entourage. […]

Actualités sociales  Travailleur handicapé : aide à l’embauche de 4000 euros

Le plan « France relance » prévoit une aide à l’embauche des travailleurs handicapés d’un montant maximal de 4000 euros. Un décret, publié le 7 octobre, définit […]


Voir plus d'actualités